Sélectionner une page

Marcel Lebrun est un technopédagogue belge, docteur en sciences (physique), professeur en sciences de l’éducation et conseiller au Louvain Learning Lab (précédemment Institut de pédagogie universitaire et des multimédias – IPM) de l’Université catholique de Louvain (UCLouvain) à Louvain-la-Neuve, en Belgique.

Marcel Lebrun est l’auteur de plusieurs livres et d’articles scientifiques sur la relation à construire entre les outils et ressources numériques et l’apprentissage2,3. Plus particulièrement, il s’intéresse actuellement aux modifications profondes induites par le numérique dans la société4 (rapport aux savoirs et rôles des acteurs), et par là, à la position de «l’école» dans l’apprentissage toute la vie durant. En 2000, il fut l’un des créateurs de la plateforme Learning Management System (LMS) Claroline (Classroom on line), l’une des premières développées en Open Source et à propos de laquelle il publia plusieurs articles5.

Par ailleurs, il anime le blog de M@rcel6 sur la pédagogie et la technologie.

Au moment de la rentrée universitaire, Pédagoscope se penche sur la question de l’articulation entre enseignement à distance et en présence dans l’enseignement supérieur,

Un dispositif d’enseignement hybride, qu’est-ce que c’est ?

L’hybridation peut être considérée comme un mélange fertile et en proportions variables de différentes modalités de formation, en présentiel et à distance (Charlier, Deschryver et Peraya, 2006) mais aussi entre des postures d’enseignement transmissif (l’enseignement au sens strict n’exige plus la présence physique en un temps et un lieu donnés, mais peut sortir de l’ex-cathedra pour atteindre l’étudiant où il se trouve) et des postures davantage liées à l’accompagnement de l’apprentissage. Les dispositifs hybrides que nous considérons ici sont ainsi supportés par une plateforme technologique (un rassemblement d’outils) et leur caractère hybride provient d’une modification de leurs constituants (ressources, stratégies, méthodes, acteurs et finalités) par une recombinaison des temps et des lieux d’enseignement et d’apprentissage : il s’agit donc bien d’un continuum dont une dimension est liée au rapport présence-distance et une autre au rapport « enseigner »-« apprendre ». On trouvera une intéressante typologie des dispositifs hybrides dans l’article de Burton et al. (2011), un fruit de la recherche Hy-SUP , Hy-sup est un projet de recherche européen (6 partenaires) visant à mieux comprendre les dispositifs hybrides, de plus en plus présents dans les pratiques des enseignant-e-s. Cette recherche exploratoire s’est déroulée entre 2009 et 2012, selon une méthodologie mixte quantitative et qualitative.

Si enseigner revient à favoriser l’apprentissage, à donner à l’apprenant des occasions d’apprendre, quels sont les leviers à disposition de l’enseignant ?

Pour répondre à cette question, nous avons confronté des objectifs généraux de l’éducation (en particulier, les compétences dites transversales), les méthodes pédagogiques (en particulier, celles proches des nécessaires activités et interactivités de l’étudiant) et les potentiels des outils technologiques. De cette étude (Lebrun, 2007), sont sortis différents « facteurs d’apprentissage » réunis dans un modèle pragmatique d’apprentissage.

Questions pour agir sur les cinq facettes de l’apprentissage

Nous rassemblons ci-dessous quelques considérations qui nous semblent importantes lorsqu’on souhaite construire un dispositif pédagogique « autour » d’une plate-forme Internet comme iCampus :

Informations : qu’en est-il aussi de l’information proposée comme substrat à l’apprentissage? Sa source est-elle uniquement dans le discours de l’enseignant ou alors la porte est-elle ouverte à l’information apportée par l’étudiant qui consulte revues, livres, encyclopédies … qui cherche lui-même dans la bibliothèque, dans les cédéroms?

Motivations : le contexte (au niveau du contenu et du dispositif) est-il suffisamment élucidé pour qu’un apprentissage de qualité puisse prendre place et pour que les connaissances présentées ou à découvrir fassent sens pour l’apprenant?

Activités : quels sont les outils (grilles d’analyse, démarches expérimentales, protocoles d’évaluation …) mis à la disposition de l’apprenant pour qu’il puisse construire de nouvelles connaissances et de nouvelles compétences transférables et validées au travers des activités proposées?

Interactions : les «moments» du dispositif sont-ils bien balancés entre des périodes de travail collectif, travail individuel et travail de synthèse par l’enseignant?

Productions : Sait-on finalement à quoi on doit arriver, ce que l’on doit produire, dans quelles conditions … quels sont les signes de l’apprentissage effectué?

Bibliographie de Marcel Lebrun

  • Comment construire un dispositif de formation ? Lebrun, M., Smidts, D. & Bricoult, G, Bruxelles, De Boeck, 2011, 200 pages
  • Théories et méthodes pédagogiques pour enseigner et apprendre, Lebrun, M., Bruxelles, De Boeck, 2007, 210 pages
  • eLearning pour enseigner et apprendre, allier pédagogie et technologie, Lebrun, M., Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, 2005, 269 pages
  • Impacts des TIC sur la qualité des apprentissages des étudiants et le développement professionnel des enseignants : vers une approche systémique, Lebrun, M., Smidts, D. & Bricoult, G, Bruxelles, Revue Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Éducation et la Formation (Revue STICEF [archive]), 18, 2012
  • Dispositifs hybrides et apprentissage : Effets perçus par des étudiants et des enseignants du supérieur Deschryver, N. & Lebrun, M., Éducation & Formation, e-301, 2014, pp. 77-97
  • Un nouveau regard sur la typologie des dispositifs hybrides de formation, Lebrun, M., Peltier, C., Peraya, D., Burton, R. & Mancuso, G., Éducation & Formation, e-301, 2014, pp. 55-74
  • L’hybridation dans l’enseignement supérieur : vers une nouvelle culture de l’évaluation ? [archive] Lebrun, M., Journal international de Recherche en Éducation et Formation, 1(1), 2015, pp. 65-78
  • Classes inversées : enseigner et apprendre à l’endroit ! , Lebrun, M. et Lecoq, J., Canopé (réseau), 2015, 128 pages.
  • Vers une typologie des classes inversées. Contribution à une typologie des classes inversées : éléments descriptifs de différents types, configurations pédagogiques et effets, Lebrun, M., Gilson, C. & Goffinet, C., Éducation & Formation [archive], e-307, 2017

.

Récompenses

  • président de l’AIPU (2014-2018), explicitement l’association internationale de pédagogie universitaire ;
  • nomination au prix Roberval (prix francophone du livre et de la communication en technologies, 2007) pour le livre « eLearning pour Enseigner et Apprendre » ;
  • prix UNESCO (2007) au nom du consortium « Claroline ».